Warning: preg_split(): No ending delimiter ',' found in /home/nessimb/www/_admin/lib/langs.lib.php on line 15

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/nessimb/www/_admin/lib/langs.lib.php on line 17
Nessim B. - Presse

Presse

C’est une grande voix dans un petit bonhomme. Son chant est comme l’univers, sans limite…

Pendant dix ans, c’est en taillant la pierre qu’il aiguise sa voix.

Aujourd’hui, il improvise avec l’humeur du moment, imprégné de son origine judéo-tunisienne, d’Oum Kalsoum et des chants de synagogues. Nessim possède cette voix étrange où les graves se mêlent aux aigus comme des complaintes où l’on croit entendre le paradoxe de la vie. « La voix n’est qu’un support pour raconter les grandes ruptures et la nostalgie de ce qui a été bien et bon. »

Ses textes, Nessim ne les écrit pas, il dépèce plusieurs langues et les mélange dans une atmosphère empreinte de spiritualité. Hébreu, espagnol ancien et langues de l’Est s’accordent pour ne faire plus qu’une langue. Une voix façonnée au gré de ses rencontres, forgée aux poussières des pierres et à son amour de l’humanité. Et aujourd’hui, il nous recrache cette poussière d’étoiles.

Haut de Page

Il y a la singularité de Nessim, de la tessiture de sa voix — voix de tête / voix de castrat — et de l’âme de son chant lorsqu’il est brut, lorsqu’il vient du lieu indéfinissable qu’est le corps de Nessim. Son corps, lorsqu’il bouge très peu ou pas du tout, comme une force massive, une vraie force humaine. Une glaise blanche, imperméable.

Haut de Page

Nessim en arabe veut dire brise, en hébreu miracle ; alors on peut dire que Nessim est une brise miraculeuse. Celle qui souffle dans le monde de la musique depuis plus de 20 ans.

Nessim c’est d’abord une voix, une voix qui s’élève dans les aigus tutoyant le divin avec volupté, une voix qui vient fouiller les âmes pour les revivifier. Pour donner un sens à nos sens.

Nessim Bismuth a été tailleur de pierre, il a transformé la matière pour la faire sienne, pour donner son empreinte au monde et recevoir le sceau suprême de l’universalité ; à présent, Nessim travaille la substance verbale, utilisant les phonèmes de toutes origines pour ne faire qu’une langue, nostalgique de Babel, unique et singulière, admissible par tous.

Le chant qui monte de sa gorge ouvre des perspectives en sensations inédites, puisant dans l’ailleurs pour recréer le réel, pour remodeler notre propre paysage intérieur. La tessiture de sa voix et assez large pour lui permettre d’accéder à un ambitus pour des mélodies qui étonnent notre ouïe et notre âme.

Son chant amorce une marche qui nous ouvre des allées parmi les ronces… cette avancée se perçoit afin de jouir d’un corps qui frôle le brasier de l’orgasme et les gouffres de l’indicible, offrant un miroir dans lequel il nous est impossible de nous reconnaître mais qui nous oblige à nous transformer.

Son chant délabre le ciel, écartèle le temps pour franchir les parloirs du sang. Le bruit de son corps marche sur nos songes offrant un printemps nu, pour réinventer le mystère des pierres, ivre des secrets des hommes. Pareil à une étoile étrange dans la galaxie humaine, il remplit l’univers en donnant soif et en désaltérant à la fois.

Et dans le tombeau des désillusions, il lève des rêves de soie pour arracher des lambeaux de lumières aux ténèbres des contradictions, reformulant les cris enlacés des désespérés, et leur redonner leur pureté originelle.

Nessim vient d’un pays qui n’existe pas, il est fait de cette argile originelle, riche et remuante qui refuse de se réfugier derrière la prose. Il offre des sons qu’il aime à la fois maîtriser et laisser libres… il laisse au-delà des aléatoires rencontres sonores des béatitudes émerger dans une intimité envoûtante et trouble pour garantir une vérité et la déployer dans l’espace et le fourmillement des ondes.

Nessim est un monde, il voyage dans la musique avec fièvre, il s’éloigne des rives du connu livrant ses cicatrices et accueille les stigmates de l’univers dans un élan où l’on voit poindre les jardins des patiences viriles et du réfrènement des fracas.

Nessim crée sa propre légende en prélevant son miel dans l’anamorphose qui sommeille, dans le silence de nos secrets ; il parvient tel un esquif sentimental à briser les miroirs en fontaines d’énigme et de sang.

De ses blessures il livre les feux de la présence abrupte de l’orage et le tranquille espoir de l’homme premier.

Dans tous les songes qui sont enfermés dans nos dermes viennent plonger ces myriades de notes pour nous enfanter à nouveau. Pour désamorcer nos réticences, pour dompter nos résistances.

Sa musique réinvente l’écoute, habite les ombres et les lumières, en nous livrant des voies inconnues où des fragments de nous-mêmes se dispersent pour reconstituer un ailleurs possible.

Tout est vibration à l’aube de la vie pour offrir une demeure plus douce à nos rêveries et recréer dans nos oreilles en alerte des langues d’équinoxe et des printemps renouvelés.

Comme un amant qui glisse dans votre intimité et qui fuit au petit matin, Nessim offre un moment rare où le corps sans charge admet l’indicible dans le froissement des géographies nouvelles.

Haut de Page

nessimou5